PLACER VOS
ANNONCES ICI

CONTACTEZ NOUS
au +243 977 868 579

La CENI a ouvert le bureau de réception des candidatures (BRC) pour les élections législatives 
La revue africaine d'environnement  et d'agriculture procédera à la publication d un nouveau numéro  VOL. 6, N°2,Juin 2023, ce 30 juin 2023

(Photo d'illustration) Le boulevard du 30 juin, le 22 novembre 2021. Radio Okapi.Ph/Jonathan Fuanani

Publié le 12-04-2022 à 08:32:34 Actu Societe

Kinshasa : le prix du transport à moto et dans le taxi presque doublé

Les taximen et les motocyclistes ont décidé, de façon unilatérale de revoir à la hausse les prix des courses dans la ville de Kinshasa.

Ils n’ont pas attendu un consensus avec l’Hôtel de ville de Kinshasa.

Cette hausse du prix du transport est la conséquence des difficultés actuelles que rencontrent les automobilistes et motocyclistes pour s’approvisionner en carburant dans les stations-services.

Si officiellement le prix de la course n’a pas été changé, plusieurs clients qui empruntent ces moyens de transports affirment vivre cette hausse au quotidien.

Différentes couches sociales fustigent cette pratique qui handicape leurs activités. Certains d'entre-deux, disent avoir été contraints de rebrousser chemin car ils ont été pris au dépourvu par les taximen.

« Moi je suis étudiant et j'ai en ma possession les frais de transport pour toute la semaine. Aujourd’hui, j'ai pris une moto pour Lemba à mille francs congolais au lieu de 500 francs congolais. Arrivé à Lemba, le transport pour ISC/Gombe est passé de 1000 à 2000 francs congolais. Je ne pouvais pas suivre ce rythme, j’ai dû rentrer à la maison », a témoigné un étudiant.

Certains salariés, contraints d'arriver au lieu de service déplorent également cette hausse vertigineuse du prix de transport en commun. Selon eux, le prix de la course augmente au gré des humeurs des taximen ou des motocyclistes.

« C'est vraiment compliqué ! A Lemba pour prendre Bandal, les taximen nous disent que, c'est 2000 francs congolais. Lorsque nous devons rentrer à domicile dans la soirée, là ça passe encore à un autre prix. Nous ne savons plus à quel saint nous vouer », a déploré un autre kinois.

C’est depuis le 5 avril que s’approvisionner en produits pétroliers à Kinshasa est un casse-tête.

Le ministre des Hydrocarbures avait rassuré, il y a quelques jours, que le pays disposait d’un « stock suffisant de carburant » devant lui permettre de faire face à la crise observée actuellement dans le monde à la suite du conflit russo-ukrainien.

Lu par: 1653 Personnes



Radio Okapi

PLACER VOS
ANNONCES ICI

CONTACTEZ NOUS
au +243 977 868 579




Commentaires par article

Restez chez vous
Covid-19